Un salarié ne veut plus parler à son chef : faute grave ou mauvais caractère ?

BLOG / Droit social - GRH

Un salarié ne veut plus parler à son chef : faute grave ou mauvais caractère ?

Les faits : un salarié d’EDF avait fait l’objet d’une rupture de contrat pour faute grave. Son employeur lui reprochait de refuser d’échanger verbalement avec son supérieur hiérarchique. Le salarié s’abstenait aussi de dire bonjour le matin et ne répondait jamais aux questions posées par sa hiérarchie ou le reste de son équipe.

 Il justifiait son mutisme par le fait qu’il refusait de parler puisqu’à aucun moment sa hiérarchie n’avait voulu l l’écouter.

Il conteste la faute qui lui est reprochée.

Question : Le mutisme de ce salarié pouvait-il valablement être considéré comme une faute grave, rendant impossible le maintien du contrat de travail de ce salarié dans l’entreprise ?

 

Réponse : Le refus du salarié de tout échange verbal avec sa hiérarchie, qui était établi, rendait à lui seul impossible le maintien du salarié dans l’entreprise et constituait bien une faute grave.

 

Cass. Soc. 22 mars 2017, n°15-27720

Réforme de la formation 2018

Agréé auprès du ministère du Travail
pour les informations CE (arrêté n°99-469 du 29/03/99)

Agréé auprès du Préfet de Région pour
les formations CHSCT (arrêté n°2003-2254 du 28/10/03)

Consultants en formations certifiés
Kirkpatrick four levels°niveau bronze