Le coin lecture - Décembre 2017

BLOG / Efficacité professionnelle

Interview de Lise Beninca, animatrice d’ateliers d’écriture en entreprise

Comment le développement personnel se glisse aussi en littérature…
Le Grand Marin, de Catherine Poulain, éd. Points, 384 p., 7,90 €.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de lire ce livre ?

La couverture d’abord : un dépaysement…

Le début de la quatrième de couverture ensuite : « Une femme rêvait de partir. De prendre le large. » Un livre qui s’ouvre d’emblée aux quatre vents. L’histoire autobiographique d’une fuite vers l’aventure, le lointain, avec pour but l’Alaska. Pour quoi faire ? Pour pêcher la morue noire, le crabe et le flétan. Et pourtant, la narratrice ne connaît rien à la pêche ni aux bateaux…

Le fait ensuite qu’il s’agisse d’un premier roman. Le premier livre d’un écrivain, c’est en général un texte nécessaire, fondamental, qui porte une forte charge émotionnelle.

Qu'est-ce qui vous a plu dans ce livre ?

J’ai aimé cette idée du départ, sans raison précise, juste pour ne pas mourir d’ennui. Comme une nécessité. Un appel que l’on ressent tous à un moment ou un autre de sa vie, mais que l’on ne sait pas forcément entendre, ni mettre en œuvre.

Catherine Poulain décrit merveilleusement l’ambiance du voyage, son acharnement à trouver un équipage qui accepte de prendre à son bord une femme qui n’a jamais travaillé en mer mais dont la détermination est une promesse de réussite. Elle cerne également très bien ce monde d’hommes, qui, sur la mer, forment une équipe unie contre le danger, totalement envoûtés par cet élément déchaîné auquel ils ont à faire face. Ces hommes qui, en mer, se métamorphosent en demi-dieux à ses yeux, et qui, lorsqu’ils reposent pied à terre, redeviennent des êtres perdus, seuls et fragiles.

Dans ce milieu où la force physique est indispensable, la narratrice doit montrer qu’elle peut faire autant, et même mieux que les hommes. Pour s’imposer sous leur regard méfiant, elle doit tenir bon, forcer son corps pour qu’il puisse porter la même charge que celui des hommes, supporter le manque de sommeil, le froid et la tension permanente. Et en même temps, sa nature de femme ne cesse de la distinguer.

Quelles sont les actions qu'il vous a poussé à réaliser ?

Il ne s’agit pas nécessairement d’actions, mais d’un ressenti qui se modifie. Cet ouvrage est comme un appel d’air.

Pourquoi recommanderiez-vous celui-là en particulier ?

Parce que la littérature est un support extrêmement puissant pour développer sa richesse intérieure, et parce qu’elle donne des appuis, des soutiens, on pourrait aussi dire : des conseils pour le dépassement de soi. Ce livre en est un très bon exemple.

Qu'est-ce qu'on peut en retenir ?

On peut y voir un étonnant parallèle avec le statut des femmes dans le monde professionnel, qui a toujours été pensé par et pour les hommes. On y voit à quel point une femme doit faire preuve de détermination pour s’imposer, et le fait qu’elle ne cesse malgré tout de chercher une forme de reconnaissance de la part des hommes… Le fait aussi qu’une femme finit toujours par apporter au monde une forme de douceur dont les hommes ont cruellement besoin...

Formations en efficacité professionnelle

Formation

Intelligence émotionnelle : développer une communication efficace et motivante

Formation

Confiance en soi : 4 étapes pour gagner en efficacité

Préparez votre plan de formation 2019 au regard de la réforme de la formation

Agréé auprès du ministère du Travail
pour les informations CE (arrêté n°99-469 du 29/03/99)

Agréé auprès du Préfet de Région pour
les formations CHSCT (arrêté n°2003-2254 du 28/10/03)

Consultants en formations certifiés
Kirkpatrick four levels°niveau bronze