Manque d’estime de soi ou bien de confiance en soi à chacun sa solution

BLOG / Efficacité professionnelle

Manque d’estime de soi ou bien de confiance en soi : à chacun sa solution

Le rapport à soi est un continent riche, voire infini dans lequel des obstacles freinent parfois la progression. Le manque d’estime de soi ou de confiance en soi sont ainsi deux limitations qu’il faut apprendre à surmonter. Derrière l’apparente proximité de ces deux concepts existent de grandes différences qui conditionnent les solutions pour le progrès. Nous voyons ici ce que sont l’estime de soi et la confiance en soi et comment les améliorer.

Le mot clé de l’estime de soi est « l’être »

L’estime de soi correspond à la valeur que l’on se donne, dès lors, il s’agit de s’estimer valable sans avoir à se conformer à telle ou telle injonction. Pensez à la foule d’injonctions entendues ou ressenties dans l’enfance, « si tu es sage, alors... », « si tu es fort, alors… ». Derrière ces injonctions se niche le sentiment que si je ne fais pas quelque chose conformément aux attentes (parfois présumées) de l’autre, alors, je ne suis pas valable.  L’estime de soi est fondé sur l’inverse : je n’ai besoin de prouver ou de faire quoi que ce soit pour m’estimer valable. Ce que je suis est suffisant.

 

Pour aller plus loin : vous souhaitez gagner en confiance ? Découvrez notre offre de formations confiance et affirmation de soi.

Le mot clé de la confiance en soi est le « faire »

La confiance en soi, quant à elle, se construit dans l’action. Le principe de la confiance est de se sentir capable, c’est-à-dire d’avoir conscience de ses ressources, de sentir qu’on y a accès et de ce fait se sentir en sécurité. La confiance en soi se construit à travers les expériences et les passages à l’acte. La confiance se nourrit de l’action. Même si elle se fonde nécessairement sur de la compétence, elle doit passer à l’épreuve du réel et de la prise de risque, même maîtrisée.

Restaurer l’estime de soi

L’estime de soi est donc un sentiment de valeur qu’on accorde à soi-même et qui se nourrit dans la façon dont on se traite soi-même. Notamment : suis-je fidèle à mes valeurs ? Suis-je à l’écoute de mes ressentis et est-ce que je me laisse guider par eux ? Ces questions-là sont centrales pour améliorer l’estime de soi. Songez à la façon dont vous pourriez vous comporter face à quelqu’un que vous portez en haute estime : vous l’écoutez, vous donnez de l’importance à son jugement, à ses intuitions, en un mot vous le respectez ! Améliorer son estime de soi, c’est s’accorder une attention et une fidélité en considérant qu’on en vaut la peine.

Développer la confiance en soi

La confiance en soi, quant à elle, grandit avec l’expérience. Il est donc judicieux de mettre en place de façon stratégique une boucle d’apprentissage et d’évaluation. Élaborer pour soi-même un plan d’expérimentation qui permet de se tester d’abord dans des circonstances faciles puis d’augmenter progressivement la difficulté. Imaginez que vous vouliez prendre la parole en public et que vous manquiez de confiance en vous : l’idée est de trouver des situations d’expérimentation, d’abord devant 1 puis 2 personnes, et progressivement d’augmenter le nombre pour finalement parler devant un nombre important de personnes. A cela il faut ajouter un droit à l’erreur. A l’image de ce proverbe :  La différence entre un maître et un apprenti est que le maître a échoué plus de fois que l’apprenti a essayé.

Même si leur ressort ne sont pas les mêmes, estime de soi et confiance en soi sont liées. Le développement de la confiance en soi nourrit l’estime de soi, dans une boucle vertueuse.

Actualité sociale 2019

Agréé auprès du ministère du Travail
pour les informations CE (arrêté n°99-469 du 29/03/99)

Agréé auprès du Préfet de Région pour
les formations CHSCT (arrêté n°2003-2254 du 28/10/03)

Consultants en formations certifiés
Kirkpatrick four levels°niveau bronze