Apprendre à gérer son trrac

BLOG / Efficacité professionnelle
Le trac est commun à tous (votre auditoire, vos interlocuteurs y sont aussi sujets) parce que c’est un réflexe de défense (seules varient les causes et l’intensité). C’est une réaction naturelle qui nous prépare à affronter des circonstances inhabituelles. Le trac est un surinvestissement de soi. « L’orateur est en prise à une problématique phobique (se sentir seul, nu, dévoilé, agressé, ignoré) en même temps qu’il est confronté au désir des autres. Et ce désir-regard si prégnant vient perturber la mentalisation (peur du blanc, discours, confus, lapsus, hésitations...).» La peur des autres, c’est tout simplement la peur de soi, de son échec supposé, la peur d’être pris en faute. Le trac dépend donc de notre propre regard sur nous-même et de notre capacité à nous faire aussi confiance. Le trac vient aussi du manque d’habitude, de pratique, de la peur de l’inconnu (public, sujet...).

Comment le trac se manifeste-t-il ?

  • Face à l’agression émotionnelle qu’il perçoit, l’organisme provoque une brusque décharge d’adrénaline, véritable hormone d’urgence.

Le trac est donc nécessaire car nous avons besoin de cette énergie pour oser ce « supplément d’âme » que réclame l’enjeu. L’adrénaline déclenche une accélération du rythme respiratoire et cardiaque, une respiration inversée et bloquée vers le haut, avec sensation d’oppression, une voix éteinte, des sueurs froides et mains moites, une sécheresse de la bouche, la gorge nouée, une altération de la motricité musculaire etc.

  • Cette émotion va alors se transformer en réaction positive (mécanisme dusuccès) : le « bon » trac ou en réaction négative (mécanisme de l’échec) : le « mauvais » trac.

Le « mauvais » trac qui paralyse doit faire place au « bon » trac qui stimule. L’émotivité doit faire place à l’émotion. Le trac n’est qu’un effet passager de la crise qui nous traverse avant de se dénouer dans l’action. Maîtriser son trac, c’est donc d’abord l’accepter en le comprenant pour mieux le dédramatiser. Les études sur le sujet révèlent que plus de 80 % des personnes interrogées assurent avoir peur de parler en public. Le trac persiste pour la plupart, même après de nombreuses pratiques. Chacun a ses raisons de ressentir cette mise en tension de soi-même et les méthodes de chacun pour la combattre seront différentes.

Les tactiques pour enrayer son trac

La maîtrise de soi (physique et psychologique)

Visualisation positive qui passe par différents techniques : technique de lâcher prise, technique de respiration, concentration... Il faut avant tout se reconnaître le droit d’avoir peur et le droit à l’erreur. Acceptons nos limites du moment. De même, nous pourrons nous reconnaître le droit d’avoir des atouts, c'est-à-dire modifier de façon positive, l’image que nous avons de nous.

Relativiser le public et s’ouvrir aux autres: le public n’est pas forcément un ennemi. Nous avons une propension forte à fantasmer l’autre. L’autre qui parfois nous fait peur, connaît lui aussi le trac, la peur. Il s’agit aussi de sortir de la tentation narcissique qu’offre le trac pour se concentrer sur les autres plutôt que sur soi.

Feindre l’assurance pour s’en donner : sans confondre assurance et suffisance. Créer un courant de sympathie en souriant et par des attitudes d’ouverture :

  • Marchez énergiquement.
  • Respirez profondément.
  • Tenez-vous droit.
  • Regardez vos auditeurs.
  • Parlez d’une voix intelligible.

S’affirmer positivement : défendre ses droits sans agresser l’autre.

Visualiser sa réussite : « visualisation positive » C’est ainsi que procèdent les sportifs de haut niveau. Il s’agit d’un entraînement mental visant à imaginer, à visualiser une situation positive, en nous projetant en elle, en utilisant le pouvoir de l’autosuggestion, un a priori favorable à l’action à venir.

Se concentrer, s’isoler de l’environnement et se centrer en soi ; c’est aussi faire abstraction du résultat et ne mobiliser son énergie mentale que sur l’action à accomplir.

Respirer : la respiration apporte au cerveau l’oxygène indispensable à son fonctionnement, elle a de plus une action décontractant : respiration abdominale.

La préparation matérielle

Repérer le territoire de l’action, se familiariser avec l’espace, l’apprivoiser « sensoriellement ». Préparer ses notes, répéter pour effectuer les derniers « réglages ».

Préparez votre sujet : Seul l’orateur préparé a confiance en lui. Préparer les éléments du contenu, structurer un plan, le fil conducteur en trois étapes, élaborer son conducteur de présentation, ses notes.

Découvrez notre offre complète de formation sur l'Efficacité Professionnelle et le Digital Learning.
 

Actualité 2019 de la paie : ce qu'il faut savoir !

Agréé auprès du ministère du Travail
pour les informations CE (arrêté n°99-469 du 29/03/99)

Agréé auprès du Préfet de Région pour
les formations CHSCT (arrêté n°2003-2254 du 28/10/03)

Consultants en formations certifiés
Kirkpatrick four levels°niveau bronze