BLOG / Formation

La mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) vient de publier un guide pratique intitulé « Savoir déceler les dérives sectaires dans la formation professionnelle ». C’est dans les formations relevant du « comportemental » ou du « développement personnel » que le risque sectaire se révèle le plus important.

Comment détecter un risque de dérive sectaire en matière de formation professionnelle ?
Dans son guide pratique (www.derives-sectes.gouv.fr), la Miviludes explique qu’il « existe deux manières cumulatives ou complémentaires pour repérer au mieux un risque de dérive sectaire en matière d’organismes et d’enseignements de formation professionnelle » :
- la première vise à décrypter des signaux d’alerte liés à la personne organisant les stages, qui peut avoir fait l’objet d’une condamnation lui interdisant l’accès au marché de la formation professionnelle ;
- la seconde consiste à relever des indices de perception du risque sectaire liés aux méthodes et techniques employées par les formateurs et aux conséquences induites sur la personnalité des stagiaires. Cette vigilance sur les méthodes est essentielle estime la Miviludes parce qu’il « n’est pas rare de voir les mêmes formateurs intervenir ou les mêmes enseignements prodigués au sein de structures juridiques différentes ».

Quels sont les signaux d’alerte liés à la personne organisant les stages de formation ?
Les personnes morales ou physiques ayant commis certains crimes ou délits encourent également, à titre complémentaire, l’interdiction d’exercer une fonction de prestataire de formation professionnelle continue pour une durée de 5 ans maximum (C. pén., art. 313-7 et 313-9).
« Même en l’absence du prononcé de l’interdiction de l’exercice de la fonction de prestataire de formation, l’existence d’une condamnation pour ces crimes et délits constitue un signal d’alerte qui doit être pris en compte », estime la Miviludes. Ces crimes et délits sont principalement la provocation au suicide, l’abus frauduleux de l’état d’ignorance ou de la situation de faiblesse, l’escroquerie et l’usurpation de titres.

Comment peuvent se manifester l’escroquerie et l’usurpation de titres ?
Pour l’escroquerie, il peut s’agir notamment de l’affirmation que l’organisme est « reconnu » ou « agréé » par la préfecture ou par les « services de la formation professionnelle ». Cela peut aussi être l’inscription sur les documents commerciaux de l’organisme d’un numéro d’activité inexistant ou n’ayant plus cours. Pour la Miviludes, l’usurpation de titres est une infraction « des plus pertinentes » en matière de formation.
« Il n’est pas rare de devoir s’interroger sur le parcours professionnel de tel ou tel dirigeant ou formateur » qui présente des CV « à contenu pléthorique ou manquant de lisibilité ».

Quels sont les indices liés aux méthodes de formation ?
Avant de lister ces indices, la Miviludes pose le principe suivant : « un seul critère ne suffit pas pour caractériser l’existence d’un risque de dérive sectaire et tous les critères n’ont pas la même valeur. Le premier critère (déstabilisation mentale) est toujours présent dans les cas de dérive sectaire. C’est de la combinaison de plusieurs critères que naît la concrétisation d’un risque sectaire ». Outre la déstabilisation, figurent parmi ces indices la rupture avec l’environnement d’origine et les atteintes à l’intégrité physique, la pression croissante des exigences financières de plus en plus exorbitantes et l’opacité de la gestion.
« Considérer chaque indice comme révélateur à lui tout seul de l’existence d’une situation de dérive sectaire en milieu professionnel et ayant pour origine une formation serait exagéré et non fondé. A contrario, ne pas prendre en compte un indice en négligeant d’en repérer d’autres à proximité aurait pour conséquence de ne pas repérer une dérive sectaire », précise la Miviludes.

Qu’est-ce que la déstabilisation mentale ?
« Il s’agit d’un facteur de modification des comportements et, en même temps, le point de départ incontournable de l’emprise sectaire ». Les indices révélateurs peuvent être, par exemple, des attitudes d’agressivité ou de repli sur soi ou la manifestation d’un stress aigu.

Comment apprécier « une pression croissante des exigences financières » ?
Cet indice peut notamment être apprécié par une progression des coûts dans un enchaînement de formations découlant les unes des autres et un manque de visibilité dans la détermination des tarifs de formation.

Qu’est-ce qu’une gestion « opaque » ?
L’opacité de la gestion d’un organisme de formation peut se manifester par l’existence d’entités juridiques distinctes (formation, recherche, conseil) destinées à masquer la réalité des activités conduites sous couvert de formation ou le contournement de la convention collective des organismes de formation pour éviter la déclaration d’emploi de formateurs.


Sophie Picot-Raphanel
Guide Formation Professionnelle Continue / Editions Législatives

Voir les formations associées :
>> Mettre en oeuvre et piloter une action de formation

Actualité sociale 2018

Agréé auprès du ministère du Travail
pour les informations CE (arrêté n°99-469 du 29/03/99)

Agréé auprès du Préfet de Région pour
les formations CHSCT (arrêté n°2003-2254 du 28/10/03)

Consultants en formations certifiés
Kirkpatrick four levels°niveau bronze