Le recrutement est un exercice délicat qui a des conséquences importantes pour l'entreprise. Par ailleurs, c'est un exercice très formalisé auquel les candidats sont parfois rompus, ce qui peut biaiser l'analyse.

Les clés d’un recrutement réussi

 

Une des grandes motivations pour former les managers au recrutement est de professionnaliser leurs pratiques. Qu'est-ce que cela revient à dire ? Les managers ont naturellement tendance à choisir des personnes avec lesquels ils se sentent bien, et donc qui leur ressemblent. Le « feeling » prend parfois le pas sur l'analyse et cela ne permet pas de diversifier l'équipe et de jouer des complémentarités entre collaborateurs.

Si le feeling n'est pas totalement à exclure du recrutement, quelques règles de méthode doivent néanmoins être suivies pour se donner le plus de chances d'embaucher la bonne personne.


 

1. Préparer soigneusement le profil de poste

Que le poste à pourvoir soit nouveau au sein de l'entreprise ou qu'il existe déjà, il est important de réaliser une description exhaustive des tâches et des responsabilités qu'aura le nouveau collaborateur. Si le poste existe déjà, cela peut être le bon moment d'en ajuster quelques attendus en fonction des évolutions de l'organisation et partir sur des bases nouvelles.

Puis, il convient de définir le profil idéal du collaborateur. Il est important de réfléchir en termes de compétences techniques mais aussi de qualités. Pour un poste d'assistante par exemple, la rigueur sera indispensable. A ce stade, vous pouvez également penser aux critères d'identification des qualités recherchées : à quoi pourrez-vous dire que la personne est effectivement rigoureuse ?

De plus, il est important de penser à la culture de l'entreprise, ses valeurs et sa stratégie : innovation, esprit de compétition, sens du client...

Tous ces éléments constituent autant des critères qui vous seront utiles non seulement pour votre décision mais également pour justifier votre choix auprès d'un candidat auquel vous refusez le poste.
 

2. Préparer l'entretien d'embauche

Si vous attendez que le candidat sache mettre en valeur ses compétences, à l'inverse, vous devez également être préparé à exposer de façon claire le poste, vos attentes, la culture de l'entreprise. En la matière, privilégier la transparence permettra de limiter les déceptions de part et d'autre.

Préparez une liste de questions ouvertes à poser aux candidats ainsi qu'une grille de sélection à partir des critères mentionnés précédemment. Vous pouvez prendre soin de personnaliser les questions en fonction de l'étude des CV et lettres de motivation que vous aurez reçu.


3. Rencontrer les candidats

Pensez à réserver une plage suffisante dans votre agenda pour ne pas être dérangé et une salle de réunion ou bien un espace confortable et propice à l'écoute (renvoi de votre ligne si c'est dans votre bureau...). L'entretien d'embauche étant pour beaucoup de candidats un moment stressant, accueillez le candidat en le mettant à l'aise et en le rassurant. Inutile d'opter pour des techniques qui pourraient l'intimider, ce serait contre-productif.

Présentez ensuite les objectifs et la forme de l'entretien. Viennent ensuite l'activité, le métier, le projet de l'entreprise, sa culture, ses valeurs, le poste, les enjeux, les conditions de travail.

Dans la phase de questionnement à son égard, facilitez l'expression du candidat. Les questions que vous posez doivent être ouvertes pour ne pas induire les réponses. Globalement, elles rentrent dans les catégories suivantes : Pourquoi êtes-vous ici ? Que pouvez-vous faire pour nous ? Quel genre de personnes êtes-vous ? Avons-nous les moyens de vous recruter ?

Tout au long de l'entretien, prenez des notes et validez que vous avez bien la réponse à toutes vos questions. N'hésitez pas à les reformuler si ce n'est pas le cas.


4. Vérifier les références du candidat

Cette étape est souvent mise de côté mais elle peut être précieuse. Elle permet à la fois de vérifier l'authenticité des informations sur le CV et de confronter ce que vous avez perçu lors de l'entretien avec la réalité.  Cela peut ainsi confirmer ou infirmer certaines impressions. Lors de vos échanges avec les anciens employeurs, par exemple, posez des questions ouvertes orientées sur le poste.


5. Evaluer et sélectionner les candidats

Cette étape est la suite logique des précédentes. Elle doit se faire en visant l'objectivité et en se basant sur l'ensemble des notes prises. C'est à cette étape que la subjectivité est susceptible de prendre le pas si vous avez été séduit par le charisme d'un candidat par exemple ou même par des passions extra-professionnelles que vous partagez ! Restez attaché aux compétences et aux attentes du poste. Ce n'est qu'ensuite, si vous hésitez entre deux candidats aux profils équivalents que vous pourrez laisser la place à votre instinct.

Informez ceux qui ne sont pas retenus du choix effectué, des raisons pour lesquelles ils ne sont pas retenus et donnez-leur des informations leur permettant de progresser.


6. Intégrer

Cette dernière phase est cruciale et fait partie intégrante du recrutement. Elle suppose de prévoir toutes les conditions d'arrivée du nouvel embauché et un parcours d'adaptation adéquat pour faciliter sa bonne intégration.



Maud CORNET
Comité de rédaction, ELEGIA

 

 

 


Actualité sociale 2018

Agréé auprès du ministère du Travail
pour les informations CE (arrêté n°99-469 du 29/03/99)

Agréé auprès du Préfet de Région pour
les formations CHSCT (arrêté n°2003-2254 du 28/10/03)

Consultants en formations certifiés
Kirkpatrick four levels°niveau bronze