Actualités / Management

Optimiser sa communication avec la PNL : utilisez la technique du recadrage pour sortir des situations de blocage

Dans le cadre de relations difficiles, professionnelles ou personnelles, lorsque votre interlocuteur est bloqué sur un point de vue et que la communication est « bloquée », la technique du recadrage développée par la PNL (Programmation Neuro-Linguistique) est bien utile pour ouvrir la communication, et donc l'espace de possibilités de s'entendre. Elle permet en quelques phrases de faire voir différemment  ou de se placer d'un autre point de vue.

Optimiser sa communication avec la PNL : la technique du recadrage

 

Partant du principe que nos croyances et comportements sont déterminés par notre « cadre de référence » composé de nos filtres culturels, neurologiques et personnels, il s'agit de proposer à notre interlocuteur d'en sortir afin qu'il modifie sa vision du monde.

Considérer une situation d'un autre point de vue


Votre interlocuteur est dans un système de croyances qui pose problème. Vous voulez que la situation change, mais vous vous apercevez que cette personne ne sera pas satisfaite par une solution pratique et raisonnable que vous lui suggéreriez (la personne est par exemple bloquée dans le mode « oui mais... »). Et vous voyez également que ses certitudes sur la manière de voir le monde seront difficiles à contredire.

Vous vous dites : cette personne ne veut pas faire trop d'efforts par manque de motivation ou par doute sur l'efficacité des solutions proposées. Ou bien encore, cette personne voit les choses d'une telle manière qu'elle s'enferme dans ses croyances sans qu'il y ait de changement possible.

Vous décidez donc de changer son système de croyance en modifiant son système de raisonnement.

Vous lui communiquez une information qui s'ajoutera à son système de représentation et le modifiera (ce qui l'amènera une nouvelle solution qui deviendra évidente et simple). On appelle ça le changement du contexte, ou du sens.

Le but n'est pas de transformer le système de représentation de manière directe, en « l'agressant », mais en nous en servant tel qu'il est. Il suffit d'ajouter un élément anodin (une idée suggérée par exemple) dans son système cognitif.

La réorganisation du système de pensée de la personne se fera alors automatiquement et viendra de « lui », ce qui limite les réactions d'opposition au changement.

La personne change alors sa manière de voir les choses et en conséquence adopte un nouveau comportement, vous avez fait un recadrage.
 

Illustration de la technique du recadrage par Tom Sawyer


Vous connaissez certainement l'histoire de Tom Sawyer, écrite par Mark Twain. Le jeune Tom est élevé par sa tante Polly depuis la mort de ses parents. Un soir, très tard, il est surpris en train de se faufiler par la fenêtre. Sa tante décide de sévir. En guise de punition, il ne pourra pas aller jouer avec ses amis avant d'avoir repeint complètement la clôture en blanc. Tom essaie d'enrôler quelques amis pour l'aider dans sa besogne. En vain. Il décide alors de changer de tactique, et utilise le recadrage.

Voici un extrait du passage en question :

« Il reprit son pinceau et se remit au travail. Ben Rogers débouchait là-bas, au coin de la rue. De tous ses camarades, c'était celui dont il redoutait le plus les railleries. A l'allure de Ben, on devinait tout le plaisir qu'il se promettait de sa journée. (...) Ben le regarda un instant.

« Dis donc, vieux ? Tu travailles ? »

Tom se retourne brusquement.

« Ah c'est toi, Ben ! Je ne t'avais pas vu.

- Oui, nous allons nous baigner. Tu ne viens pas ? Non, tu aimes mieux travailler, je vois ça ! »

Tom dévisage l'autre un instant et dit :

« Qu'est-ce que tu appelles travailler ?

- Ce n'est pas du travail, ça ? »

Tom donne un coup de pinceau et répond :

« P't'êt' ben qu'oui, p't'êt' ben qu'non. Tel que c'est, ça me va.

- Tu ne vas pas me faire croire que tu aimes ça ? »

Nouveau coup de pinceau.

« Que j'aime ça ? Pourquoi pas ? On n'a pas tous les jours la chance de badigeonner une clôture. »

Ben cessa de mordiller sa pomme. Tom promenait son pinceau de gauche à droite et de droite à gauche, reculait pour juger de l'effet, ajoutait une touche ici ou là, reculait à nouveau. Ben suit des yeux chacun de ses mouvements. Il s'intéresse. Il se passionne. Il finit par dire :

« Dis donc, Tom, laisse-moi badigeonner un peu, moi aussi. »


La phrase clé est : « On n'a pas tous les jours la chance de badigeonner une clôture. »Tom transforme sa punition en privilège et change ainsi, par la même occasion, le point de vue de son ami.
 

Les recommandations pour utiliser la technique du recadrage


A travers cet exemple, vous pouvez constater que le recadrage est une technique puissante mais elle nécessite quelques recommandations si vous souhaitez en optimiser les résultats.

Tout d'abord, il est essentiel de l'utiliser dans un profond respect de la personne afin qu'elle se sente comprise et en confiance.

D'autre part, celui qui fait le recadrage, doit suffisamment appréhender les référentiels qui déterminent  les croyances de son interlocuteur, ses idées, ses goûts, ses valeurs. Le recadrage consistant à lui proposer autre chose, cette autre chose doit lui sembler valable et acceptable selon ses propres critères. C'est par l'observation de la réaction de la personne, que vous saurez si l'objectif est atteint ou pas. Dans l'affirmative, c'est souvent un moment de surprise suivi d'une décontraction.

L'élargissement, par le biais du recadrage, de la vision du monde d'une personne ne suffira pas obligatoirement à lui faire changer un comportement. Elle ne le fera que si cette nouvelle vision lui apporte plus de sens et qu'elle la trouve vraiment valable et préférable à l'ancienne.

Après toutes ces explications, il me reste donc à vous dire d'oser sortir du cadre ! Du vôtre d'abord afin de pouvoir entrer dans celui de votre interlocuteur et enfin de le guider à sortir du sien.

 
Sandrine Marcouly
Formatrice Management & Efficacité professionnelle



Formations CSE - Comité Social et Economique

Agréé auprès du ministère du Travail
pour les informations CE (arrêté n°99-469 du 29/03/99)

Agréé auprès du Préfet de Région pour
les formations CHSCT (arrêté n°2003-2254 du 28/10/03)

Consultants en formations certifiés
Kirkpatrick four levels°niveau bronze