Le 70/20/10 fait, par les temps qui courent, office de mantra pour bon nombre de penseurs de la formation. Pourtant cette doxa ou légende pédagogique s’avère avoir un fondement scientifique assez douteux et s’apparente plus à une rumeur d’Orléans plutôt qu’a un concept scientifique fondé. Explications.

Qu’est-ce que le 70/20/10 ?

Le concept  du 70/20/10 est le résultat de l'étude de 3 chercheurs de Princeton : Michael Lombardo, Morgan Mc Call et Robert Eichinger qui, en 1996, ont interrogés 191 managers pour comprendre d'où venaient leurs compétences managériales.

Au cours de cette expérience, nos trois chercheurs ont posé une simple question : « d’où proviennent vos compétences managériales ? ». A la suite de cette question ils ont récoltés plus de 600 verbatim qu’ils ont recoupés en 3 catégories : Les compétences développées en situation de travail (70%), celles développées en interaction avec son N+1 (20%), et enfin celles développées en formation « traditionnelle ».

Une interprétation douteuse…

La principale zone d’ombre de cette expérience se situe finalement sur l’interprétation qu’on en fait. On pourrait argumenter sur le fait que cette expérience se base sur du déclaratif et que l’on ne sait pas véritablement comment l’on développe nos compétences, mais ce n’est pas le propos dans cet article.

Ce concept a donc été détourné pour  créer la vulgate suivante : On apprend 70% de ce que l’on sait en situation de travail, 20% en interactions avec les autres et 10% en formation traditionnelle. 

Ici on a donc une première incohérence par rapport à la recherche originelle : Le 20% en interaction avec son N+1 est devenu 20% en interactions avec les autres.

Mais la plus grande incohérence réside dans l’extrapolation que l’on a faite de cette recherche. En effet nos trois chercheurs se sont interrogés sur le développement des compétences managériales et uniquement sur ces compétences. Pouvons-nous cependant affirmer que d’autres domaines tels que les langues étrangères, la bureautique ou le domaine juridique suivent les mêmes pourcentages ?

De plus, s’arrêter à un chiffrage aussi précis serait cloisonner le cerveau de chacun et semble être aux antipodes des recherches constructivistes de l’apprentissage. Ce chiffrage ne prend pas en considération la complexité de l’acte d’apprentissage.

Pourquoi autant de popularité pour ce concept ?

Mais alors comment une recherche si restrictive a pu autant se développer au point de devenir une véritable référence pour de nombreux acteurs du milieu de la formation ?

Et bien tout d’abord, cette recherche a le mérite de mettre en lumière une nouvelle façon de voir la formation. Ce concept met en effet en valeur la FEST, potentiel futur eldorado des organismes de formations.

Le concept du 70/20/10, permet aussi de légitimer la baisse des  budgets formations. C’est vrai à près tout ! A quoi bon financer des formations à l’extérieur alors que cela ne concerne que 10% des compétences développées ? La situation est bien entendu plus complexe et la formation traditionnelle pose les bases du développement des compétences en situation de travail. Mais dans l’idée, les directions générales peuvent légitimer une baisse de budget par cette doxa de la formation.

 

Paul-Augustin DENNERY, ingénieur pédagogique chez ELEGIA Formation

Formations en pédagogie

Certifiante

Être Formateur

Actualité de la formation 2019

Agréé auprès du ministère du Travail
pour les informations CE (arrêté n°99-469 du 29/03/99)

Agréé auprès du Préfet de Région pour
les formations CHSCT (arrêté n°2003-2254 du 28/10/03)

Consultants en formations certifiés
Kirkpatrick four levels°niveau bronze