1. Accueil
  2. /
  3. Actualites
  4. /
  5. Pedagogie
  6. /
  7. Prospective de développement des compétences des consultants et formateurs indépendants
Prospective de développement des compétences des consultants et formateurs indépendants

BLOG / Pédagogie

Prospective de développement des compétences des consultants et formateurs indépendants

La réforme de la formation 2018 casse les codes et redistribue les cartes du  marché de la formation. Tous les acteurs se retrouvent touchés : OF, OPCO, entreprises, apprenants… Et bien entendu les formateurs indépendants. A l’aube d’une réforme profonde de notre système de formation qu’en est-il des formateurs indépendants ? Avec la réforme et la logique ROIste qui se met en place au sein des entreprises, les organismes de formation doivent s’adapter et (re)prouver leurs valeurs. Les formateurs étant les fers de lance des organismes il en va, de facto, de même pour eux. Tentative de prospective sur les futures (pas si éloignée...) compétences des formateurs indépendants.

Des formateurs accompagnateurs et expérimentés

Toujours dans une logique de résultat, l’accompagnement des apprenants par un formateur s’avère précieuse. Cet accompagnement en amont et en aval de la formation va favoriser l’ancrage mémoriel des connaissances et donc va favoriser la performance de l’apprenant dans son apprentissage. De ce fait, le métier de formateur risque de muer. Passant d’un rôle de transmetteur de savoirs, modèle dans lequel un sachant transmet son savoir aux apprenants, à un modèle d’accompagnateur, dans lequel le formateur accompagne l’apprenant tout au long de son processus de développement des compétences. Les compétences du formateur se développent, son expertise doit être au plus près de celles des participants pour pouvoir être le plus à même de répondre aux problématiques de ces derniers.

Des formateurs digitalisés

L’utilisation du digital, à la fois en salle et à distance, est une autre compétence que devra maîtriser l’ensemble des formateurs.

Le digital en salle par l’ensemble des nouvelles techniques pédagogiques qu’il propose permet de casser la certaine monotonie de la salle de formation et favorise donc l’engagement. Etant donné que l’engagement est un enjeu majeur de la formation professionnelle. L’engagement est en effet un facteur déterminant de ce que Nora Yennek (2014) appelle l’intentionnalité de retour en formation. En d’autre terme plus le participant est impliqué plus il aura envie de revenir en formation. Si le digital en salle facilite l’engagement alors il devient un enjeu business important pour les formateurs indépendants.

Le digital distanciel, quant à lui, devient aussi un majeur pour les formateurs indépendants. Avec la fin des co-financements des OPCA pour les entreprises de plus de 50 salariés, ces entreprises se tournent vers des modalités pédagogiques moins onéreuses que le 100% présentiel. Alors que le mot blended learning est sur toutes les lèvres, la maîtrise des outils de classes virtuelles, des outils multimédias, et autres outils digitaux deviendrait presque une condition sine qua non à l’exercice de la fonction de formateur professionnelle.

Des formateurs certifiés 

Ce point n’est pas encore au programme mais avec les innombrables contrôles qualité qui ont été effectués au cours de ces 4 dernières années nous pouvons facilement imaginer qu’une obligation de certification pourrait voir le jour dans un futur proche. De nombreux acteurs comme ICPF & PSI se sont d’ailleurs déjà placés sur ce marché qui s’annonce prometteur.

 

Paul-Augustin DENNERY, ingénieur pédagogique