Comprendre, accompagner et limiter ses impacts sur le collectif de travail.

Virage incontournable de l’évolution du monde du travail du 21ème siècle, la transition numérique est au cœur des préoccupations des entreprises Françaises.

Si la mise en place de la digitalisation du travail est en train de métamorphoser l’entreprise, elle a parfois oublié d’être intuitive et peut être la source de tension chez les collaborateurs, notamment pour l’effet addictif qu’elle peut créer et donc, la difficulté de coupure entre la vie privée et la vie professionnelle.

Compte tenu des obligations légales pour le droit à la déconnexion, il est important d’accompagner la transformation digitale de son entreprise.

En effet, l’objectif premier pour l’employeur sera d’en limiter les effets sur la qualité de vie au travail des salariés grâce à une prévention focalisée sur les risques liés au numérique.

Qu’entend-t-on par « digitalisation » ?

Ce terme, bien qu’omniprésent est souvent source de confusions et d’anxiété.

Il est donc important, dans un premier temps, d’établir un langage commun :

  • La digitalisation, c’est le passage de certaines tâches à un process automatisé grâce aux outils numériques.
  • La transition numérique, c’est le processus global d’entrée d’outils numérique dans les entreprises.

Ce qu’il faut savoir, c’est que la digitalisation a pour but de vous simplifier la vie. Elle permet de confier toutes les tâches pouvant être automatisées à des robots ou des ordinateurs pour vous permettre de vous concentrer sur l’essentiel ou sur les tâches dites « supérieures ».

Bien qu’ayant pour but de simplifier le monde du travail, le problème qu’elle pose réside dans les transformations qu’elle va provoquer dans l’environnement du collaborateur, voire, sur la nature même de son métier, provoquant chez lui des craintes souvent liées à l’avenir de son emploi et sur l’acquisition « forcée » de nouvelles compétences.

Santé au travail & digital 

Les mésusages du digital peuvent générer des risques psychosociaux.

Les envois excessifs de mails liés à la stratégie d’entreprise, aux résultats, aux statistiques, aux notes d’information, etc. sont la première source de tensions au travail liée au numérique. Il convient, pour lutter contre ce phénomène, de procéder à une analyse complète des pratiques en place dans l’organisation de l’entreprise, de son activité et de ses enjeux, pour réaliser une évaluation qualitative (technique des incidents critiques, comité de pilotage) et quantitative (échelle RPS/TIC).

Intégrer la prévention des risques liés au NTIC dans sa démarche de prévention des risques

La sensibilisation intervient comme un point clé de la prévention lorsque l’on parle de digitalisation.

En effet, l’entreprise doit avoir un rôle de protecteur contre les différents facteurs de risques que peut engendrer l’apparition du numérique dans l’exercice des collaborateurs. Elle doit donc sensibiliser les collaborateurs à ces risques et aux troubles qu’ils peuvent provoquer : addiction, rapports interpersonnels et professionnels dégradés, etc... Autrement dit : procéder à une conscientisation des pratiques au sein de l’entreprise et faire ressortir les axes de progrès possibles.

Afin d’éviter la tentation des mésusages (envoi excessif de mails, e-harcèlement, surcharge informationnelle, etc…), la mise en place de pratiques réglementées s’impose pour le bien-être individuel et collectif des salariés.

Le digital : réguler sa consommation

Si les résultats d’analyse des pratiques et d’évaluation des risques font apparaître des excès du numérique par une hyper-connexion, il ne faut pas attendre et mettre en place des actions concrètes au niveau du collectif de travail pour éviter que la situation ne se stabilise dans le temps et qu’elle génère de nouveaux risques.

Il faut, dans tous les cas, recourir à une construction d’outils de régulation, afin d’aboutir aux bonnes pratiques du digital.

La démarche de prévention d’une entreprise pour un meilleur usage du digital participe à la bonne qualité de vie au travail des salariés, et ce, à tous les niveaux de sa transformation.

En conclusion

Si le numérique a essentiellement pour objectif de nous simplifier la vie pour automatiser certaines tâches et nous permettre de nous concentrer sur des tâches plus « noble », ou même de nous dégager plus de temps libre, on oublie encore trop que c’est le travail que nous devons adapter à l’homme et non l’homme qui doit se plier à son travail, car c’est là que réside le risque pour la santé des collaborateurs.

 

Benjamin AMBROZO
Psychologue du travail diplômé d’Etat
Formateur pour Elegia

Formations en santé-sécurité

Formation

RPS : comment les diagnostiquer et les prévenir ?

Formation

RPS : comment agir face aux situations difficiles ?

Cycle professionnel

Être Responsable santé-sécurité - Chargé de prévention (niveau 1)

Cocktails d'actualité sociale

Agréé auprès du ministère du Travail
pour les informations CE (arrêté n°99-469 du 29/03/99)

Agréé auprès du Préfet de Région pour
les formations CHSCT (arrêté n°2003-2254 du 28/10/03)

Consultants en formations certifiés
Kirkpatrick four levels°niveau bronze