Comment fixer les priorités en matière de prévention santé en entreprise ?

BLOG / Santé-Sécurité

Avant de définir quelles sont vos priorités en matière de prévention, il est essentiel d'en connaître les grands principes. Ce sont eux qui vont vous permettre de mettre en place les mesures de prévention les mieux adaptées aux risques encourus par les salariés de votre organisation.

Comment définir d'accident ?

Le processus d’apparition d’un risque repose sur la probabilité de proximité entre un individu et un élément dangereux (produit corrosif, électricité, tranchant d’une lame, hauteur...). Son importance varie en fonction des modalités de ce rapprochement. L’accident apparaît quand l’individu et le danger « entrent en contact » (un salarié qui reçoit une projection d’acide, se coupe ou se retrouve dans le vide). Cette rencontre entre le danger et l’individu a généré au départ une situation à risque qui s’est réalisée et qui a engendré des dommages divers (brûlures, fractures, amputations...).

Prévention, protection et gestion des risques

Heureusement, de nombreux dispositifs sont présents et empêchent l’accident : les éléments de prévention ou de protection. La prévention va chercher à empêcher l’apparition de la situation accidentelle. La protection a davantage comme rôle de minimiser l’impact du danger en cas de rencontre.

Dans le cadre de la gestion d’un risque, ces éléments toucheront à la fois à des aspects techniques (comme les rambardes, carters, cellules de sécurité...), organisationnels (comme la gestion des plannings et des charges, les consignes à suivre, la maintenance des équipements...) et humains (signalisation, formation...).

Principes de prévention : une base pour établir vos priorités d'action

Parmi toutes les mesures envisageables, il s’agit de choisir et de mettre en œuvre les mesures les plus efficaces. La priorité devra être donnée à la prévention qui évite la rencontre danger-individu, puis à la protection qui en minimisera les conséquences. Cette approche est reprise par la réglementation qui demande à l’employeur ou à ses représentants d’appliquer les « Principes Généraux de Prévention » :

  1. Éviter les risques : cela revient à supprimer le danger ou l'exposition au danger.
  2. Évaluer les risques : apprécier l’exposition (et ses modalités) au danger et estimer une importance du risque afin de prioriser les actions à mener.
  3. Combattre les risques à la source : intégrer la prévention le plus en amont possible, notamment dès la conception des lieux de travail, des équipements ou des modes opératoires.
  4. Adapter le travail à l'Homme : tenir compte des différences interindividuelles dans le but de réduire les effets du travail sur la santé.
  5. Tenir compte de l'évolution de la technique : adapter et choisir des mesures en phase avec les évolutions techniques et/ou d’organisation.
  6. Remplacer ce qui est dangereux par ce qui l’est moins : éviter l’utilisation de procédés ou de produits dangereux lorsqu’un même résultat peut être obtenu avec une méthode présentant des dangers moindres.
  7. Planifier la prévention en intégrant la technique, l’organisation et les conditions de travail, les relations sociales et l’environnement (intégrer l’Ergonomie et l’approche collaborative).
  8. Donner la priorité aux mesures de protection collective : utiliser les équipements de protection individuelle qu'en complément des protections collectives si elles se révèlent insuffisantes.
  9. Donner les instructions appropriées aux salariés : former et informer les salariés afin qu’ils connaissent les risques et les mesures de prévention à déployer.

Comment définir vos priorités d'action en matière de prévention ?

Pour savoir quelles sont les mesures à retenir, il s’agit de les décliner selon la hiérarchie de ces principes. Les mesures à privilégier seront des mesures qui supprimeront l’élément dangereux ou, à défaut, le réduiront, ou le remplaceront par un autre moins dangereux.


Après avoir estimé l’efficacité préventive, d’autres critères rentrent en ligne de compte :

  • Naturellement les aspects de coûts et de délais de mise en œuvre. A ce niveau, il faut anticiper ce que représente l’accumulation des coûts dans le temps (la sommation des coûts de consommation d’équipements de protection individuelle au fil des mois voire d’années).
  • La généralisation de la mesure : laquelle des mesures peut s’appliquer en priorité au plus grand nombre de salariés exposés.
  • Le respect de la réglementation : d’une manière générale, l’application d’une mesure de prévention va dans le sens de la réglementation. Il est cependant nécessaire de s’assurer que cela ne génère pas une infraction aux différents textes.
  • Le non déplacement du risque dans d’autres secteurs ou pour d’autres travailleurs.

Faire un choix pertinent de la maîtrise d’un risque est un loin d’être une chose évidente et spontanée. Un des fondamentaux de cette pertinence se trouve dans la construction collective de la réponse. Parce qu’elle s’appuie sur la compréhension de situations à risque et de leurs modalités d’apparition, il est nécessaire, et même impératif, d’associer les personnes concernées et exposées. En effet, outre l’approche managériale implicative utile à vaincre toute résistance au changement, certaines mesures ne seront adaptées qu’à l’instant de leur étude. C’est donc en impliquant les différents acteurs et en faisant ainsi confiance à leurs expériences professionnelles de la diversité des situations que les préventions seront davantage adaptées.

Ce qu'il faut retenir

Pour prioriser ses actions de prévention, il est nécessaire d’identifier des démarches touchant à l’organisation, aux aspects techniques puis aux éléments humains. Ensuite, leur efficacité sera appréciée via l’application des Principes Généraux de Prévention édictés par le code du travail.

À ces paramètres, seront alors intégrés les aspects de coûts, de délais de mise en œuvre, de non déplacement du risque et de généralisation possible de la démarche.

Cet investissement sera réussi si les personnes concernées sont directement impliquées. La prise en compte de leur expérience professionnelle fait même souvent gagner en pertinence.

Envie d'aller plus loin ? Inscrivez-vous en formation sur la thématique Accident du Travail et Maladie Professionnelle.
 

Actualité sociale 2018

Agréé auprès du ministère du Travail
pour les informations CE (arrêté n°99-469 du 29/03/99)

Agréé auprès du Préfet de Région pour
les formations CHSCT (arrêté n°2003-2254 du 28/10/03)

Consultants en formations certifiés
Kirkpatrick four levels°niveau bronze