Formation - Être Juriste « Business » pour son entreprise + Option « Médiation »

Le juriste opérationnel
#600379
9 jours
  • nouveau
  • Partie 1 : 04 au 06 sept.
  • Partie 2 : 16 oct.
  • Partie 3 : 17-18 oct.
  • Partie 4 : 21-22 nov.
  • Partie 5 : 13 déc.

9 jours

4 820€ HT

20 à 30% de remise groupée

Vous souhaitez personnaliser le programme de cette formation pour qu'elle réponde aux spécificités de votre entreprise? Demandez un devis.

Obtenez votre devis personnalisé
Technicien du droit, le juriste doit également être en mesure de s'adapter à son environnement et tenir compte des évolutions dans toute leur diversité et transversalité. En entreprise, cela se traduit par une capacité à comprendre les données économiques et financières de son milieu, assurer le suivi juridique au travers d'outils appropriés, mener différentes négociations, intégrer dans sa fonction la digitalisatation de l'entreprise du monde environnant, mais aussi se postionner en tant que médiateur en cas de conflit. Voilà quels sont les défis auxquels prépare le cycle certifiant « Être Juriste d'entreprise » d'ELEGIA formation : un savoir-faire allié à un savoir-être.

Objectifs de la formation

  • S’approprier l’environnement économique, financier et les outils de gestion de l’entreprise
  • Intégrer l'univers du digital dans sa fonction
  • Structurer l’activité du service juridique et communiquer grâce aux tableaux de bord
  • Maîtriser les techniques de négociation et affirmer la contribution du juridique à la performance de l'entreprise
  • Identifier les mécanismes de conflit et se positionner en tant que médiateur

Programme de la formation

5 parties
9 jours

A. Gestion d'entreprise : s’approprier les outils de gestion
niveau 1

Environnement économique et financier de l'entreprise
  • contraintes économiques des entreprises : exigences des différentes parties prenantes de l’entreprise
  • structures juridiques
Quiz : comprendre les différents concepts
La finance : un outil de planification
  • cycle stratégique et opérationnel
  • cycles économiques et financiers
  • centres de responsabilité
  • rôle de la finance dans l’entreprise : ses relations avec les opérationnels
Partage d’expériences : la réalité économique et financière de l’entreprise, les attentes et les rôles de ses acteurs
Comprendre les états financiers de référence
  • bilan : obligation fiscale et légale, objectifs, éléments clés
  • lire et comprendre le bilan
  • grands équilibres financiers du bilan : fonds de roulement, besoin en fonds de roulement et trésorerie nette
  • compte de résultat : objectifs et éléments clés, calculer et analyser les soldes intermédiaires de gestion, identifier et interpréter les ratios significatifs
  • du résultat à la capacité d’autofinancement : calcul et analyse
  • tableau des flux de trésorerie : élaboration et interprétation de l’évolution de la trésorerie
  • principes généraux des comptes consolidés
Atelier « Évaluer la situation financière d'une entreprise » :
- analyser un bilan et un compte de résultat
- calculer et interpréter les principaux indicateurs
- calculer les éléments de l'équilibre financier
De la comptabilité générale à la gestion
  • de la notion de charges par nature à celle de coûts par destination
  • importance de l'analyse des coûts dans la prise de décision
  • retraitement des charges de la comptabilité générale
  • approche de la comptabilité analytique
  • logique du schéma de gestion de l'entreprise
Exercice d'application : calculer les charges à incorporer
Gérer une entité opérationnelle
  • calculer et analyser des coûts de revient
  • différentes méthodes : coûts complets (répartition des coûts indirects, méthode ABC), coûts partiels (direct costing)
  • construire des comptes d'exploitation analytiques : intérêt et mode de construction

B. Le Juriste face à la digitalisation dans l'entreprise
1 jour

Quiz en amont : évaluer le niveau de digitalisation dans l'entreprise des participants
Intégrer les changements depuis 2016 dans l’entreprise au niveau de la digitalisation
  • mesurer les transformations depuis 2016 : fin de l'ère NTIC et émergence du SMACS (Social networks, Mobility, Analytics, Cloud, Security) et Cyber risque
  • identifier les grandes évolutions liées à la transformation digitale : automatisation, dématérialisation, intelligence artificielle…
  • faire concorder l’émergence du legal design et la visualisation des nouvelles problématiques juridiques : évaluation des besoins des parties, incidence sur la bonne foi et l'obligation d'information
  • cerner les risques de l’usage des nouvelles technologies dans le cadre du métier de Juriste : données personnelles et RGPD, concurrence déloyale…
Retour d’expériences : échanges sur les risques induits par l’accessibilité du savoir juridique à portée de clic
Maîtriser l’environnement digital : automatisation, dématérialisation…Autodiagnostic : niveau de maturité de votre SMACS
  • connaître les outils de l’entreprise pour en sécuriser l’utilisation : applications, réseaux sociaux, site fournisseur…
  • mesurer l’impact au niveau des contrats de l’entreprise et des contentieux : gestion du risque (Risk Manager)
  • mesurer la transformation digitale dans la relation client externe et interne : contrats, archivage, gestion de la preuve (mails…)
Atelier « Contrathèque » :
- comment suivre et gérer ses contrats en mode digital ?
- exemple de la gestion de la flotte automobile 
Suivre les pas d’un juriste 3
  • prioriser les projets et organiser leur gestion avec les outils 3.0 : legal design, mind mapping, Prezi, SMART, SIPOC…
  • intégrer les legal techs dans le traitement des problématiques
  • procéder à un audit juridique : conformité, propriété intellectuelle
  • maîtriser les dangers d’une utilisation non contrôlée des données personnelles : impact sur l’entreprise de la RGDP
  • faire face aux écueils : la distance, le zéro papier, ce qu’il ne faut pas écrire…
  • sécuriser la mise en place d’un projet cloud dès l’élaboration du cahier des charges
  • simplifier les procédures en intégrant la notion de lean management
  • déployer une approche collaborative au sein de l’entreprise et une conduite de changement en formant les opérationnels aux risques rencontrés
Atelier « 3.0 » :
- analyse d’une plateforme dématérialisée de relation client
- en partant de votre service, quels sont les axes de commencement ?
- quiz de synthèse

C. Piloter un service juridique : outils et méthodes pour mettre en place tableaux de bord et indicateurs
2 jours

Définir les objectifs poursuivis par le pilotage
  • identifier les missions du service juridique : contrats, précontentieux et contentieux, veille et information
  • dresser la liste des objectifs de pilotage pertinents pour chaque mission : suivi d’activité, outil de motivation et/ou de communication
Diagnostic : définir les fondamentaux du pilotage de l’activité juridique pour son service et pour ses clients internes
Déterminer des critères adaptés aux objectifs poursuivis
  • établir une typologie de critères : moyens, résultats, contexte
  • choisir les critères pertinents au vu des objectifs de pilotage
  • fixer une norme et une cote d’alerte pour chaque critère
Cas pratique : définir les indicateurs pertinents pour construire son tableau de bord
Mener à bien la mise en place d’un tableau de bord
  • organiser la conduite du projet : phase d'étude et phase réalisation
  • lancer le projet en mettant tous les atouts de son côté : mesurer les besoins, les attentes et les freins
  • organiser les échanges et emporter l’adhésion : utiliser les méthodes participatives, consultatives, directives
  • valider les étapes de construction du tableau de bord : décomposition des phases de recette
Construction d'outil et jeux de rôle : mettre en place un tableau de bord juridique et identifier les conditions de réussite de ce projet
Faire vivre un tableau de bord juridique
  • faire usage du tableau de bord : implémentation, consultation, audits
  • adapter le tableau de bord : vérification de la pertinence des objectifs et des critères, mise à jour
Cas pratique : définir une procédure d'audit et de mise à jour à partir des tableaux de bord construits au cours de la formation
Communiquer à l’aide du tableau de bord juridique
  • maîtriser l’accès à l’information : accès en écriture ou lecture, total ou partiel
  • extraire du tableau de bord des éléments de communication quotidienne ou ponctuelle
Atelier « Communication » :
- définir les règles d’accès au tableau de bord élaboré pendant la formation
- établir les grandes lignes d’un plan de communication appliqué à ce tableau de bord

D. Techniques de négociation pour Juristes
2 jours

Situations de négociation rencontrées par le Juriste
  • négociations courantes, seul ou en accompagnement d’un partenaire
  • négociation d’accords et de contrats
  • négocier dans le cadre de litiges et actions pré-contentieuses
Partage d'expériences « La réalité des affaires » : jusqu'où rester ferme quant à l’application stricte du droit ? À quel moment lâcher prise, accepter des concessions et transiger ?
Autodiagnostic : quel négociateur êtes-vous ?
Préparer sa négociation
  • se renseigner sur les fonctions et les motivations de ses interlocuteurs
  • anticiper les aspects juridiques prévisibles de chaque négociation
  • se fixer un objectif de négociation et déterminer sa stratégie
  • lister ses arguments et définir sa marge de manœuvre
  • anticiper les moments forts de la négociation
  • prévoir les points de droit à mettre en avant dans la négociation
Mise en situation : préparer sa négociation en fonction d'un contexte donné
Premières minutes : se positionner
  • créer une atmosphère positive et fixer le cadre
  • annoncer l'objectif de la négociation
  • s'assurer de l'adhésion de ses interlocuteurs
  • savoir réagir en cas de désaccord
  • comprendre rapidement la position de ses interlocuteurs et les éventuels points de blocage au plan juridique
Exercice de synthèse (nuage de mots) : construire une synthèse visuelle des conseils apportés par le formateur et le groupe
Communiquer efficacement tout au long de la négociation
  • adapter son mode de questionnement, son vocabulaire à des interlocuteurs non juristes
  • reformuler, faire préciser
  • gérer et contrer les objections : réagir et rebondir en utilisant des arguments autres qu'exclusivement juridiques
Partage de pratiques : confronter ses idées
Dernières minutes : finaliser
  • conclure la négociation au bon moment et fixer les prochaines échéances
  • valider et faire valider les points de droit traités et les désaccords résolus
  • consolider l'accord obtenu et le valoriser dans l'intérêt de tous les négociateurs
  • assurer un suivi
Jeux de rôle (mises en situation filmées) : simulations de plusieurs situations de négociations
- mener des négociations simples
- gérer une atmosphère tendue
- affronter des interlocuteurs et/ou des contextes difficiles
- gérer la rupture des négociations
OPTION

Médiation : quel processus pour régler à l'amiable des conflits ?
1 jour

La médiation au cœur de l’actualité
  • qu’est-ce que la médiation ? définition, cadre légal
  • positionner la médiation parmi les autres modes alternatifs de règlement des conflits : conciliation, procédure participative, arbitrage…
  • avantages de la médiation
Quiz interactif : le pour et le contre des autres modes alternatifs de conflits, comparaison avec la médiation
Intervenants en médiation et leur rôle
  • médiateur : quelle posture ? quelle déontologie ? quelles règles ? la question de la confidentialité
  • parties en médiation : les enjeux dans le choix de la ou des personne(s) présente(s), le cadre à respecter…
  • conseils : un rôle crucial
Processus de la médiation
  • rencontres : entretiens séparés, réunion plénière, aparté…
  • analyse du conflit : quelles typologies ? comment les déceler ? et quelles réactions ?
  • étapes du processus : quoi ?  pourquoi ? comment et comment finalement ?
Clôture de la médiation
  • comment la finaliser ?
  • choisir de rédiger une transaction : le mode opératoire – avantages et inconvénients
Mise en situation : tout au long de la formation, les participants sont mis en situation autour de l’écoute active et des réflexes à intégrer face à un conflit 

Points forts de la formation

  • Individualisation de la formation : les participants sont invités à dresser des dispositifs adaptés à leur organisation
  • Chaque participant bénéficie, au choix, d'une invitation à la journée d'actualité ELEGIA sur le droit des contrats ou sur le droit des sociétés pour appréhender les évolutions juridiques du métier

A qui s’adresse la formation

  • Responsables juridiques
  • Juristes et Collaborateurs des services juridiques
Aucun prérequis n'est nécessaire pour suivre ce cycle

Formateurs de la formation

Xavier DEMULDER

Xavier DEMULDER

Directeur juridique et praticien en droit des contrats en rapport avec les problématiques de l'entreprise, il apporte son expertise alliant une vision tout à la fois théorique qu'opérationelle.

Anne-Sophie CANTREL

Anne-Sophie CANTREL

Avocat en droit privé des affaires (droit des contrats, etc.) intervenant en conseil mais aussi en contentieux depuis 13 ans, Membre de comité stratégique et de Médiateur depuis 2010, Formateur depuis 2009, elle apporte une analyse pointue et très pragmatique de la problématique juridique.

Financement de la formation

Vous êtes salarié(e) d’entreprise ? Vous pouvez vous faire financer votre formation par le plan de développement des compétences de votre entreprise (ex- plan de formation) :
 
Le plan de développement des compétences, c’est l’ensemble des actions de formation établi à l’initiative de l’employeur  dans le cadre de la politique de ressources humaines de l’entreprise. Il est annuel et s’élabore généralement en fin d’année. D’après la loi du 5 septembre 2018 « pour la liberté de choisir son avenir professionnel », l’action de formation est désormais définie comme « un parcours pédagogique permettant d'atteindre un objectif professionnel ». De nouvelles actions de formation font ainsi partie de cette définition comme : le tutorat, le coaching, l’AFEST, le MOOC, le mentoring…
 
Tous les salariés de l’entreprise peuvent être concernés par le plan de développement des compétences, quelle que soit la nature, la durée de leur contrat ou leur ancienneté.
 
L’OPCO gère, généralement, les dépenses liées aux coûts pédagogiques, rémunérations et allocations formation, transport, repas et hébergement. Suite à la réforme de la formation 2018, les missions des OPCO vont être redéfinies d’ici 2021.
 
N’hésitez pas à vous rapprocher de votre service RH/ formation pour plus d’informations sur les prises en charge possibles.
 
Si vous ne connaissez pas votre OPCO, vous pouvez vous rendre sur le site du ministère du travail en suivant ce lien.
18 000 stagiaires formés cette année
97% de satisfaction
70 000 références clients

Agréé auprès du ministère du Travail
pour les informations CE (arrêté n°99-469 du 29/03/99)

Agréé auprès du Préfet de Région pour
les formations CHSCT (arrêté n°2003-2254 du 28/10/03)

Consultants en formations certifiés
Kirkpatrick four levels°niveau bronze